Digue des carriers, avis du commissaire enquêteur

 

Sans titre

Suite à l’enquête publique qui s’est déroulée du 20 juin au 22 juillet 2022,  le rapport et les conclusions du commissaire enquêteur sont désormais disponibles sur le site de la préfecture des Bouches-du-Rhône. Comme attendu, le commissaire donne un avis favorable au projet.

Sans contester l’intérêt du projet pour la renaturation de la Durance, notre association avait toutefois posé un certain nombre de questions et fait un certain nombre de propositions (voir Contribution à l’enquête publique). Peu de réponse ont été apportées…

  • Concernant la contribution financière de la société Lafarge à la réalisation des travaux, il a été confirmé qu’aucune contribution spécifique de cette société n’était prévue. La responsabilité de Lafarge, concernant les risques de captation du plan d’eau qu’elle a exploité et les dégâts qui en découleraient pour l’évolution hydro-morphologique de la Durance, est pourtant une évidence. Pourtant les travaux de sécurisation seront à la charge des seuls contribuables !
  • Suite à notre question concernant l’historique de cette digue, le rapport nous apprend (sans grande surprise lorsqu’on connait les pratiques de l’époque) que la « Digue des Carriers » n’a aucune existence légale à ce jour !!!  Cette situation est le résultat du « laisser faire » de la commune dans les années 1975 à 1994. Les systèmes d’endiguement sont pourtant de la responsabilité des communes (ou des intercommunalités lorsqu’elles existent). Mais à Mallemort, l’aménagement et l’entretien de cette digue n’ont jamais été gérés ou surveillés par la commune, ces travaux ont entièrement été laissés à la libre gestion par les entreprises privées qui exploitaient les matériaux de la Durance. Une façon de faire qui rappelle fortement les problèmes rencontrés avec la gestion de la station d’épuration de Bramejean…
  • Concernant les mesures de compensation pourtant exigées par la loi, il a été jugé que les atteintes aux habitats et espèces protégées n’étaient pas suffisantes pour justifier des mesures de compensation…
  • Une seule de nos proposition a été prise en compte : la préservation d’une zone d’alimentation des castors qui fera l’objet d’un balisage pour en interdire l’accès pendant les travaux (sur l’ensemble de la section 5).

Deux propositions que nous avons faites sortaient effectivement du cadre de cette enquête, mais nous ne manquerons pas d’en faire part aux services de la préfecture lors d’un prochain comité carrière :

  • Ne plus autoriser d’extraction à proximité immédiate du lit de la Durance.
  • Dans les autorisation d’exploitation : mettre l’ensemble des travaux nécessaires à la sécurisation environnementale des sites d’extraction à la charge des exploitants

Sans titre1

Publié dans Environnement / Cadre de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>